Passer la navigation et l'en-tête et aller au contenu

Environnement

Le port et les plages

Découvrir une île en arrivant par la mer, quoi de plus agréable !
Le port de la Flotte vous accueille toute l’année pour une escale au cœur du village. La beauté de l’endroit, sa tranquillité font de ce port le havre de paix qu’on aimerait trouver à chaque étape.
Après avoir été successivement port de commerce pour le vin et le sel, puis port de pêche, le port de de La Flotte accueille aujourd’hui de nombreux bateaux de plaisance.
Sa capacité est de 200 postes sur pontons et 150 postes en mouillages organisés.
C’est une escale privilégiée pour les plaisanciers de passage qui découvrent un port de taille humaine et extrêmement bien situé car proche du marché et des centres d’intérêt du village.
Ensuite, de nombreuses animations s’y déroulent en saison, spectacles, concerts, spectacles pyrotechniques, rassemblements de vieux gréements.
Un environnement très agréable à découvrir.

Contact :
1, quai de Sénac – 17630 LA FLOTTE
Tél. : 06 20 66 85 76
port.laflotte@charente-maritime.fr

Plage de l’Arnérault située sur la côte nord de l’île de Ré

Pour commencer, la plage de l’Arnérault est une plage urbaine située à deux pas du port en plein centre du village.
Les familles y accèdent à pied ou à vélo en toute sécurité.
Interdiction aux chiens.
À marée basse, apparition de cailloux et de zones vaseuses ;
À marée haute si le coefficient de marée est important, la bande de sable de la plage de La Flotte peut disparaître complètement, les eaux remontant jusqu’à la digue.
Ensuite, cette digue est surplombée par une agréable promenade piétonne. Cette plage est idéale pour les amateurs de pêche à pied. L’anse offre une baie abritée, parfaite pour une baignade sécurisée.
Environ 500 mètres de sable sont à la disposition des baigneurs sachant que la partie de droite au niveau du centre de thalassothérapie est la plus agréable. Le long de la promenade, on trouve quelques arbres qui apportent de l’ombre.
Deux petits parkings payants sont disponibles à proximité de la plage et sont accessibles par la rue de la Mer.
La plage de La Flotte est surveillée l’été, équipée de sanitaires, d’une douche de rinçage et d’un poste de secours.
Pendant la saison, les maîtres-nageurs sauveteurs du SDIS 17 au nombre de 3, surveillent la zone de bain de 11 h à 19 h.
Puis, ils peuvent mettre à disposition des personnes handicapées 2 fauteuils hippocampe ou tiralo, pour faciliter leur baignade. Pour permettre un meilleur accès, une rampe est prévue en bout de plage.
Hors saison, les fauteuils sont disponibles sur demande à effectuer en mairie par courrier ou mail mairie@laflotte.fr

Poste de secours – Plage de l’Arnérault

Ouvert juillet et août

Trois maîtres-nageurs sauveteurs du SDIS 17 ont pour mission de surveiller la plage de l’Arnérault durant la saison estivale, cependant la baignade n’est plus surveillée au-delà de la zone des 300 mètres.

Téléphone : 05 46 09 58 38
Heures d’ouverture : de 11 h à 19 h

La réglementation

Engins nautiques à moteurs

Leur circulation est interdite.

Chenal traversier d’accès à la plage de l’Arnérault

Il est interdit à la baignade car réservé aux activités à voile.

Qualité de l’eau

Les espaces naturels

La Flotte dispose d’environ 1 000 hectares non urbanisés. La municipalité souhaite maintenir dans son projet de gestion des bois, landes et friches, la biodiversité de ces sites tout en permettant le maintien des activités compatibles telles que l’agriculture, la chasse, les activités équestres, de randonnée, …

La majorité de ces espaces naturels est constituée de :

Environnement - Ville de la Flotte
Bois pelouses sableuses - Ville de la Flotte
Bois Pelouses sableuses
Environnement - Ville de la Flotte
Pré-bois Prairies et cultures - Ville de la Flotte
Pré-bois Prairies et cultures
Environnement - Ville de la Flotte
Fougeraies Vignes et maraîchages - Ville de la Flotte
Fougeraies Vignes et maraîchages

Ces espaces forment une belle mosaïque de milieux et de paysages divers qui offrent nourriture et protection à une faune et une flore très diversifiées et surtout propres à notre territoire, mais c’est une mosaïque fragile.

Une commission « Biodiversité » et un Comité de gestion ont été mis en place. Composés de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), de Nature Environnement 17 (NE17) et de Ré Nature Environnement (RNE 17). Ces associations ont réalisé l’inventaire de la faune vertébrée et celui des insectes, appelé l’entomofaune, en particulier des papillons de jour (de l’ordre des rhopalocères) et des criquets, grillons, sauterelles,… (de l’ordre des orthoptères) ainsi que l’inventaire botanique.

Par ailleurs, RNE 17, en la personne de Pierre Le Gall, a commencé un inventaire des champignons. Sont associés le Conseil Départemental, l’Office National des Forêts (ONF), l’Association Communale de Chasse Agréée de La Flotte (ACCA), le Conservatoire du Littoral, un représentant des agriculteurs, un représentant des centres équestres et un ancien ingénieur agronome de la Chambre d’Agriculture qui apporte une aide précieuse par sa bonne connaissance du milieu agricole de La Flotte et de l’île de Ré.

Deux opérateurs fonciers interviennent sur ce territoire : le Conservatoire du littoral, mais surtout le Conseil Départemental qui détient près de 220 ha. Il fait l’acquisition des terrains au titre des Espaces Naturels Sensibles (ENS). Les parcelles privées représentent les 70% restants du territoire.

Extrait du bulletin municipal – Automne/Hiver 2014

Attention aux plantes exotiques envahissantes

Les plantes exotiques envahissantes sont des espèces qui ne sont pas présentes à l’état naturel dans un territoire donné, mais qui ont été introduites par l’homme. Elles sont très compétitives,peuvent se développer de manière rapide (forte dissémination des graines, croissance rapide, grande adaptation aux milieux et résistance au climat).

Leur propagation présente une menace importante pour la biodiversité de l’île de Ré, avec des conséquences à la fois écologiques, économiques et sanitaires.

Environnement - Ville de la Flotte

À La Flotte, plusieurs plantes envahissantes sont présentes telle que, l’Herbe de la Pampa, le Yucca, le Raisin d’Amérique,… la Canne de Provence,… la plus problématique étant l’Ailante glanduleux (ou Faux-vernis du Japon, Ailanthus altissima) qui forme par endroits de véritables « forêts » denses, empêchant les autres espèces de se développer et possédant de surcroît une sève au pouvoir allergisant.

Comment lutter contre leur progression ?
Environnement - Ville de la Flotte

Lien CDC environnement : Environnement | Communauté de Communes de l’Ile de Ré (cdciledere.fr)

Pour commencer, le frelon asiatique (Vespa velutina) est un frelon invasif d’origine asiatique dont la présence en France a été signalée pour la première fois en 2004. Sa présence est désormais avérée dans près des ¾ des départements.

Le frelon asiatique installe son nid dans les branches des arbres en zone agricole ou milieu boisé. En zone urbaine, ils occupent les bâtiments ouverts (garage, apprentis, sous une terrasse etc…)

La colonie ne vit qu’un an. Au printemps, chaque reine fondatrice ébauche un nouveau nid.

En France, tous les observateurs s’accordent sur le fait que le frelon asiatique n’est pas agressif; sa piqûre, sauf pour les personnes allergiques, n’est pas plus dangereuse que celle d’une guêpe.

En revanche, le frelon asiatique est un redoutable prédateur pour les abeilles : le frelon asiatique tue une abeille en quelques minutes; si plusieurs frelons s’y mettent, ils peuvent détruire une ruche en peu de temps.

Pour finir, la méthode la plus efficace pour diminuer les populations de frelon asiatique reste la destruction des nids.

Frelon asiatique - Ville de la Flotte
Frelon asiatique - Ville de la Flotte
Que faire ?

Le secteur agricole de la commune de LA FLOTTE s’étend sur environ 300 ha. L’agriculture de la commune se compose de :

Une exploitation céréalière (céréales à paille) qui s’étend sur une centaine d’hectares ;

Une exploitation dans laquelle domine la production fourragère destinée à la vente (foin) sur environ 50 ha ;

En secteur irrigué, sur une cinquantaine d’hectares pour 2016, trois producteurs de pommes de terre primeur, quatre exploitations en maraîchage et arbres fruitiers en production de type biologique ;

A noter que plusieurs vignes sont exploitées, notamment par des agriculteurs de Sainte-Marie.

En conclusion, un projet de relance de l’agriculture sous irrigation est en place depuis 2013 autour du bassin de récupération des eaux recyclées de la station du Clos Martin. Ce projet permet de lutter contre l’enfrichement par l’installation de jeunes agriculteurs dans le respect d’une charte agri-environnementale.

Environnement - Ville de la Flotte
Environnement - Ville de la Flotte
Irrigation et autorisation d’aspersion

Un premier arrêté ministériel, du 2 août 2010, autorise seulement l’irrigation par goutte à goutte, mais pas par aspersion. Le dernier arrêté ministériel du 24 juin 2014 permet dorénavant l’irrigation par aspersion.

Ensuite le dossier réglementaire, au titre de l’arrêté du 24 juin 2014, pour la réutilisation des eaux usées traitées, a été présenté par l’Agence Régionale de Santé pour une mise à jour au Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST) le 24 janvier 2017 et a obtenu un avis favorable.

Les exploitants des parcelles irriguées bénéficient d’une eau de qualité A. En effet, c’est depuis que la station d’épuration du Clos Martin s’est équipée d’un dispositif UV. Le traitement UV n’altère pas la composition chimique de l’eau, puisqu’il n’y a pas d’ajout, sauf de l’énergie. Cette qualité d’eau permet l’irrigation des fruits et légumes crus.

Il s’ensuit que les propriétaires de jardins maraîchers touchés par l’eau d’irrigation n’ont aucun souci à se faire en ce qui concerne la qualité de leurs produits.

Environnement - Ville de la Flotte

Dans les années 50, l’ostréiculture était souvent une activité complémentaire d’une exploitation agricole. Mais avec son développement rapide dans les années 60, beaucoup d’agriculteurs ont laissé la terre au profit de la mer. L’ostréiculture devient une activité à part entière.

Du début et jusqu’à une période récente, les ostréiculteurs se consacraient surtout à l’élevage, ils vendaient essentiellement leurs huîtres à des grossistes. Selon leur taille, certaines étaient directement commercialisées, d’autres étaient revendues à des ostréiculteurs affineurs.

Mais peu à peu, en raison du développement touristique et des nouveaux circuits commerciaux, bon nombre d’ostréiculteurs ont modifié leur organisation de travail pour mieux valoriser leur production.

Les producteurs, installés dans le bourg, ont ouvert des établissements en bord de mer. Ils sont plus fonctionnels, plus mécanisés, pour répondre à une demande de qualité.

L’ostréiculture se réalise maintenant sur trois ensembles importants, en des lieux diversifiés :

Le service des Affaires Maritimes attribue à des personnes ou à des sociétés des concessions pour l’exploitation des huîtres. Ainsi à La Flotte, plus de 55 hectares du domaine public maritime sont concédés pour les activités ostréicoles, sur les 372 hectares de l’île de Ré dont 52%, soit 197 hectares sont à des exploitations rétaises.

Sur le territoire communal, les établissements sont installés pour quelques-uns dans le bourg, au Marais,  près du Fort La Prée et pour un très grand nombre sur la zone du Préau, petit et grand.

Mais les exploitants flottais ont élargi leur champ d’exploitation sur l’île de Ré : Rivedoux, Sainte Marie, Loix, le Martray, le Fier d’Ars, sur le littoral charentais, en particulier Fouras et ses environs, mais également en Bretagne, en Vendée.

Ensuite, les entreprises ostréicoles sont souvent des entreprises familiales. L’ostréiculteur y travaille seul ou en couple ou avec plusieurs membres de sa famille.  Certains s’associent pour mettre leur parc en commun et d’autres montent des sociétés pour mieux valoriser leur organisation.

De plus les conditions d’installation permettent de mettre en œuvre des procédés techniques améliorés, les cales d’accès à l’estran sont nombreuses et entretenues, les parcs sont accessibles en tracteur, …

Enfin, nous comptons 16 établissements sur les 57 exploitations en activité sur l’île de Ré, (soit 29% des exploitations rétaises), dans lesquelles travaillent, en permanence, plus d’une soixantaine de personnes, comme chefs d’exploitation, ou comme salariés, tout au long de l’année. Durant certaines saisons, le nombre de ces travailleurs peut tripler, en particulier au cours du mois de décembre pour répondre rapidement aux exigences du marché des fêtes de fin d’année.

Chaque producteur a son mode d’exploitation, aussi chacun propose des huîtres au goût et aux parfums différents selon le lieu et le mode. C’est là la richesse de la profession, métier qui laisse place à la création, comme le métier de la vigne, à chaque vigneron son vin.

Les normes sanitaires sont de plus en plus exigeantes entraînant souvent des investissements lourds. Aussi, ajoutés à la mécanisation du métier pour le rendre moins pénible, l’ostréiculteur peut être obligé à des efforts financiers importants et supporté des endettements.

La vente aux grossistes est toujours importante, des ostréiculteurs sont des éleveurs, du naissain au grossissement, et, en fin de cycle, ils vendent leur production, calibrée mais en vrac, à des courtiers, des négociants ou des expéditeurs.

Mais de nombreux ostréiculteurs se sont lancés dans la commercialisation de leur produit par la vente directe aux particuliers, la vente aux restaurants et aux poissonniers et, enfin, à celle de la grande distribution locale ou régionale.

Certains ostréiculteurs vendent directement sur les marchés de l’île de Ré, mais d’autres de plus en plus nombreux vont sur les marchés du continent, à la campagne, dans des grandes villes, même en région parisienne, selon les périodes de l’année.

La production de l’ostréiculture flottaise approche les 1 500 tonnes d’huîtres sur les 3 200 tonnes de l’île de Ré, presque la moitié. Mais le tonnage peut varier d’une saison à l’autre.

La profession est fortement impactée par la crise de la mortalité des huîtres. Celle-ci est vécue parfois différemment d’une entreprise à l’autre selon son mode d’exploitation. Cette mortalité de l’huître fait l’objet de nombreuses recherches tant de la part des « entreprises de nurserie » proposant le naissain ou de la part de l’IFREMER  (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer). Les chercheurs sont encore dans le domaine des hypothèses. Mais, la profession s’organise face à cette situation.

Pour terminer, la qualité de l’huître est dépendante de la qualité de son environnement. Aussi, les ostréiculteurs sont très soucieux de protéger la biodiversité de leur milieu, que ce soit dans les marais ou sur l’estran.

S.P. BERTHOMÈS – Extrait du bulletin printemps-été 2013

Environnement - Ville de la Flotte
Environnement - Ville de la Flotte
Environnement - Ville de la Flotte
Environnement - Ville de la Flotte